Aux numéros 3 à 5, la galerie Christian Berst a inauguré le 17 mars dernier une exposition autour de l’artiste italien Giovanni Bosco intitulée Dottore di tutto. Cet artiste au destin atypique décédé en 2009 a pu exprimer toute son inventivité et sa candeur lors de séjours en institution psychiatrique puis en prison. Rouge vif, figures naïves rappelant celles de l’enfance, ses dessins expriment des sentiments à l’état brut ; ceux d’un artiste qui sombra dans la psychose après l’assassinat de deux de ses frères… Un documentaire réalisé par Salvatore Bongiorno est projeté à la galerie Christian Berst afin de découvrir Giovanni Bosco, artiste sicilien au parcours semé d’embuches. Il est passionnant de voir qu'un être humain, qui en apparence était à mille lieux du monde artistique et créatif, ait pu exprimer ses passions et ses douleurs par le biais de simples crayons.

Giovanni Bosco

Des personnages hybrides et colorés

Quelques pas plus loin, au numéro 8 du passage des Gravilliers, la galerie La Place Forte met à l’honneur une jeune artiste, Amandine Urruty. Cette ancienne chanteuse de la scène française underground y expose un univers coloré et baroque composé de personnages hybrides mi-animaux, mi-humains créé depuis le lit de l'artiste. Un monde à part entière où l'on peut admirer des photos de familles singulières composées de créatures étrangères et burlesques. Melle Urruty, originaire de Toulouse, nous invite pour un voyage graphique où les feutres et les crayons de couleurs seraient nos billets de train… Il suffit parfois d'un passage un peu à l'écart de la foule pour s'évader.